Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 3 décembre 2014 au 23 février 2015 - Cinémathèque Française

Plus qu'un grand cinéaste classique, un immense artiste américain. Il réalise ses premiers films en 1917, essentiellement des westerns pour Universal. Il entre ensuite à la Fox pour réaliser des œuvres épiques, fortement influencées par l'expressionnisme allemand. Il est considéré comme un maître du western. Stagecoach en 1939 relance le genre et La Prisonnière du désert (1956) ou L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), par exemple, en interrogent les déterminations cachées. John Ford est surtout un poète qui a su dévoiler, en une œuvre d'une ampleur inégalée, les mythes qui ont construit l'Amérique et en faire une critique lucide et émouvante. Mais plus globalement c'est l'Histoire elle-même, ses tragiques mutations et son empreinte sur la vie des individus qui constituent le cœur de son art.

Étalée sur cinq décennies, l’œuvre de John Ford est un monument aux entrées multiples, une cathédrale aux travées innombrables. Aussi, face à elle, a-t-on le sentiment qu'il serait non seulement impossible d'en venir à bout mais aussi incongru de prétendre lui donner un sens à la fois définitif et global. Le cinéma de John Ford échappe à toute réduction idéologique. C'est sans doute en raison de cela qu'on a souvent voulu ou pu coller à l'auteur de Stagecoach toute sorte d'étiquettes faciles, en faire l'incarnation, à chaque fois idéale, d'hétérogènes catégories cinématographiques ou morales, variables selon les périodes de sa carrières: réalisateur de films de prestige à Oscars, maître du western, progressiste rooseveltien, militariste conservateur, grand classique ou moderne brechtien. Chacun son Ford, serait-il possible de décréter tant l'intérêt pour son œuvre s'est scindée au cours de son histoire en jugements antinomiques. On peut aimer les films de John Ford pour des raisons diamétralement opposées et sans doute, à chaque fois pourrait-on se voir reprocher de ne se contenter que de la vision partielle et amputée d'une totalité insaisissable. L'être de son art se cache dans la contradiction.

 

PROJECTIONS

"La Poursuite infernale : sanctuaire classique"

"La Prisonnière du désert : une construction de l'autre"

"Le Soleil brille pour tout le monde : rapports de classes"

"A l'assaut du boulevard" de John Ford

"L'Aigle bleu" de John Ford

"L'Aigle vole au soleil" de John Ford

"Alamo" de John Wayne

"Arrowsmith" de John Ford

"Bamboo cross" / "The Colter Craven Story"

"La Bataille de Midway" / "December 7th" / "Sex Hygiene"

"Born Reckless" de John Ford

"By Indian post" / "Du sang dans la prairie" de Jack Ford

"Cameo Kirby" de Jack Ford

"Les Cavaliers" de John Ford

"Ce n'est qu'un au revoir" de John Ford

"La charge héroïque" de John Ford

"Le Cheval de fer" de John Ford

"La Chevauchée fantastique" de John Ford

"Les Cheyennes" de John Ford

"La Conquête de l'Ouest" de George Marshall, Henry Hathaway, John Ford

"Le Convoi des braves" de John Ford

"Le Corsaire de l'Atlantique" de John Ford

"Le Costaud" / "Upstream" de John Ford

"La Dernière fanfare" de John Ford

"Les Deux cavaliers" de John Ford

"Deux femmes" de John Ford

"Dieu est mort" de John Ford

"Directed by John Ford" de Peter Bogdanovich

"Une femme survint" de John Ford

"Le Fils du désert" de John Ford

"Frontière chinoise" de John Ford

"Gagnant quand même" de John Ford

"L'Homme qui tua Liberty Valance" de John Ford

"L'Homme tranquille" de John Ford

"Les Hommes de la mer" de John Ford

"Hurricane" de John Ford

"Innisfree" de José Luis Guerin

"Inspecteur de service" de John Ford

"Je n'ai pas tué Lincoln" de John Ford

"Le Jeune Cassidy" de Jack Cardiff, John Ford

"John Ford / John Wayne : The Filmmaker and the Legend" de Sam Pollard

"John Ford et Alfred Hitchcock : le loup et l'agneau" d'André S. Labarthe, Hubert Knapp

"Judge Priest" de John Ford

"The Last Outlaw" / "Tête brûlée" / "North of Hudson Bay" de Jack Ford

"La Maison du bourreau" de John Ford

"Maman de mon coeur" / "Riley the cop" de John Ford

"Mary Stuart" de John Ford

"La Mascotte du régiment" de John Ford

"Le Massacre de Fort Apache" de John Ford

"Men Without Women" de John Ford

"Mogambo" de John Ford

"Le Monde en marche" de John Ford

"Le Mouchard" de John Ford

"Patrouille en mer" de John Ford

"La Patrouille perdue" de John Ford

"Permission jusqu'à l'aube" de John Ford, Mervyn LeRoy

"Planqué malgré lui" de John Ford

"La Poursuite infernale" de John Ford

"La Prisonnière du désert" de John Ford

"Qu'elle était verte ma vallée" de John Ford

"Quand se lève la lune" de John Ford

"Les Quatre fils" de John Ford

"Quatre hommes et une prière" de John Ford

"Les Raisins de la colère" de John Ford

"Le Ranch Diavolo" de Jack Ford

"Récolte à Dublin" de John Ford

"Rio Grande" de John Ford

"Rookie of the year" / "Flashing Spikes"

"La Route du tabac" de John Ford

"Sa nièce de Paris" de John Ford

"Les Sacrifiés" de John Ford

"Le Sergent noir" de John Ford

"Le Soleil brille pour tout le monde" de John Ford

"Steamboat Round the Bend" de John Ford

"Sur la piste des Mohawks" de John Ford

"La Taverne de l'Irlandais" de John Ford

"Tête brûlée" de John Ford

"This is Korea!" / "The Growler Story" / "Chesty : A Tribute to a Legend"

"Torpedo Squadron" / "Undercover"

"Toute la ville en parle" de John Ford

"Up the river" de John Ford

"Vers sa destinée" de John Ford

"The Village Blacksmith" / "Pour la sauver" de Jack Ford

"What Price Glory" de John Ford

[Docteur Bull] de John Ford

[La Garde noire] de John Ford

[Trois sublimes canailles] de John Ford

Partager cet article

Repost 0