Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Du 17 décembre 2014 au 26 février 2015 - Cinémathèque Royale de Belgique

Le décès de Lauren Bacall marque la disparition d'une des dernières femmes fatales du cinéma classique hollywoodien. Sa filmographie est la preuve qu'elle fut bien plus qu'une blonde comme il s'en pressait par milliers dans les studios. Avec Humphrey Bogart, elle forme un couple immortel, bien que celui-ci soit décédé après douze ans d'un mariage harmonieux. CINEMATEK vous propose de (re)voir les rôles les plus importants de l'actrice à la voix de fumeuse.

Son histoire fait partie de ces contes dont Hollywood se délecte. Alors qu'elle est modèle, Lauren Bacall est repérée par l'épouse d'Howard Hawks qui lui fait passer une audition pour son nouveau film, Le port de l'angoisse. Engagée pour le rôle, elle donne la réplique à l'une des plus grandes légendes d'Hollywood, Humphrey Bogart. Une star est née, de celles capables de faire face à la décontraction inébranlable de Bogart, et même plus : jouer sur un ton plus décontracté encore. Avec le recul, il est surprenant de constater que le couple n'ait été réuni que quatre fois à l'écran, tant l'alchimie qu'il dégage est évidente. Après Le port de l'angoisse, il se retrouvent dans un autre film de Hawks, Le grand sommeil, une plongée sèche et brutale dans l'univers de Raymond Chandler, avec Boggy dans le rôle de Philip Marlowe, légendaire détective privé. Dans Les passagers de la nuit de Delmer Daves, Bogart incarne un évadé de prison soutenu par une Lauren Bacall aimante et dévouée. Dans la chaleur écrasante de Key Largo - l'humidité suinte de l'écran - Lauren Bacall est tenancière d'un petit hôtel qui deviendra le théâtre d'une impitoyable confrontation entre gangsters. Dans tous ces films, elle peut donner pleine mesure à ses rôles de femme fatale mais, si l'on associe volontiers Bacall au film noir, elle n'en est pas moins douée pour d'autres genres. La femme modèle de Minnelli, dans lequel elle donne la réplique à Gregory Peck, ou Comment épouser un millionnaire dans lequel elle part à la chasse aux hommes en compagnie de Marilyn Monroe et de Betty Grable, sont deux exemples d'un réel talent pour la comédie. Elle offre une interprétation poignante dans le mélo Ecrit sur du vent de Douglas Sirk. De la seconde moitié des années 60 jusqu'aux années 80, Bacall n'apparait plus que sporadiquement à l'écran. Des quelques exceptions où elle revient au cinéma, nous retiendrons Le crime de l'Orient-Express (de Sidney Lumet) et The fan, dans lequel elle campe une star vieillissante dont la vie est ébranlée par un admirateur trop pressant. Et lorsqu'au début des années 90, elle décide de reprendre sérieusement sa carrière en mains, il semble qu'elle n'ait rien perdu de son intuition pour repérer les rôles hors du commun, comme dans Misery de Rob Reiner, où elle campe l'agente de l'infortuné écrivain. Lauren Bacall est souvent demandée pour interprétée des rôles de femmes du monde, un rien sophistiquée, ce qu'elle fait à merveille. Elle ne découvrira qu'au cours de la seconde partie de sa carrière, passé la soixantaine, qu'elle est capable de diversifier sa palette et d'interpréter quantité d'autres types de femmes. Son interprétation dans Leçons de séduction est l'une des plus convaincantes qu'elle est livrée. aussi, passée les quatre-vingts ans, elle se voit proposer quelques excellents rôles par les plus grands réalisateurs d'aujourd'hui. Lars von Trier lui donne le rôle d'une southern mama dans Dogville (puis dans Manderlay), et dans Birth, Jonathan Glazer lui offre un dernier grand rôle aux côtés d'une star d'une nouvelle époque, Nicole Kidman.

 

LES PROJECTIONS

"Le port de l'angoisse" de Howard Hawks, USA 1944

"Le grand sommeil" de Howard Hawks, USA 1946

"Les passagers de la nuit" de Delmer Daves, USA 1947

"Key Largo" de John Huston, USA 1948

"La femme aux chimères" de Michael Curtiz, USA 1950

"Le roi du tabac" de Michael Curtiz, USA 1950

"Comment épouser un millionnaire" de Jean Negulesco, USA 1953

"Ecrit sur du vent" de Douglas Sirk, USA 1956

"Détective privé" de Jack Smight, USA 1966

"La femme modèle" de Vincente Minnelli, USA 1957

"Le dernier des géants" de Don Siegel, USA 1976

"Le crime de l'Orient-Express" de Sidney Lumet, UK 1974

"The Fan" d'Edward Bianchi, USA 1981

"Rendez-vous avec la mort" de Michael Winner, USA 1987

"Misery" de Rob Reiner, USA 1990

"Prêt-à-porter" de Robert Altman, USA 1994

"Leçons de séduction" de et avec Barbra Streisand, USA 1996

"Dogville" de Lars von trier, UK - Danemark - Suède - France - Allemagne 2003

"Birth" de Jonathan Glazer, 2004

"Manderlay" de Lars von Trier, Danemark - Suède - Pays-Bas - France - Allemagne - UK 2005

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :