Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSQU'AU 15 DECEMBRE 2012

viewmultimediadocument.jpg

Paris est, de loin, la ville étrangère à l'Amérique la plus représentée dans le cinéma hollywoodien. On peut estimer le nombre de films américains situés à Paris à près de 800. Plusieurs films par an assurément, parfois jusqu'à 10 ou 15 dans la saison.

Cette sensation du spectateur américian moyen de connaître Paris est évidemment une illusion: ce qu'il reconnaît, ce sont quelques clichés de la ville fabriqués par Hollywood, que l'on retrouve dans les plans d'ouverture d'Un Américain à Paris (1951), la place de la Concorde, l'Opéra, le pont Alexandre III avec en fond d'écran la tour Eiffel, la place Vendôme devent le Ritz, le jardin des Tuileries, l'extrêmité verdoyante de l'Ile de la Cité laissant apparaître Nodre-Dame. Mais pourquoi Hollywood a-t-il investi tant de moyens pour enregistrer, ou plutôt fabriquer, du Paris par centaines de films? Aux yeux du public américain, Paris est l'expression du désir, du plaisir et de la sophistication. En retrouvant la capitale française sur grand écran, il a l'illusion de boire une coupe de champagne, d'assister à un défilé de mode, de discuter avec une jolie femme ou de flâner de devantures en devantures de librairies - sans subir ni mal de crâne ni l'humiliation qu'on vous écarte au dernier moment du podium, ni l'éventualité d'un échec ni celle de marcher dans une crotte de chien.

Que faire de ces clichés de Paris que nous renvoie le cinéma hollywoodien? Certains s'en sont offusqués, au nom de la France, de sa fierté de vieux pays civilisé menacé par l'américanisation de sa culture. Cette exposition trouve plus stimulant de considérer que cette image de Paris renvoie moins à la ville elle-même qu'à une pulsion projetée par sa fabrication. Autrement dit: Paris, dans ces films, parle autant de la capitale française que du désir américain.

Ernst Lubitsch, qui fut un des grands spécialistes de la question, puisqu'il situa une dizaine de films à Paris sans jamais y avoir tourné le moindre plan, reconnaissait: "Il y a le Paris de Paramount et le Paris de la MGM. Et puis bien sûr le vrai Paris.".

Rythmée par de nombreux extraits de films et réunissant des photographes, des maquettes de décor, des costumes, des affiches, l'exposition se divise en quatre ensembles, quatre moments de cinéma:

Le Paris historique muet

Pour Hollywood capitale du cinéma muet, Paris est d'abord une ville d'histoire, la cité médiévale de Notre-Dame de Paris, roman de Victor Hugo extraordinairement populaire aux Etats-Unis, la ville de la civilisation du plaisir de la fin de l'Ancien Régime, contrastant avec celle de la peur et de la violence révolutionnaires.

Le Paris sophistiqué de la comédie sentimentale

Des années 30 aux années 40, la représentation de Paris joue essentiellement sur le registre de la sophistication et de l'érotisme. Paris est la capitale du raffinement, de la haute société mondaine à laquelle Lubitsch apporte sa "touch".

L'apogée du Cancan aux films fous, virevoltants et coûteux

L'âge d'or, éclatant, coloré, musical, du Paris Belle Epoque dans la représentation hollywoodienne de la ville, prend place au cours des années 50. Voici une décennie de films Cancan, véritable musée impressionniste et bohème d'un Paris qui se multiplie à l'infini, toujours plus spectaculaire, reconstitué dans le studios californiens tel un tableau animé en musique et en chansons.

Hollywood joue enfin dans Paris

A partir des années 50, les cinéastes américains viennent enfin tourner à Paris, qui devient un terrain de jeu pour certains d'entre eux (Blake Edwards, Stanley Donen, Alfred Hitchcock...) et une ville moins décorative, même si elle reste empreinte de clichés. Funny Face puis Charade de Stanley Donen représentent l'archétype de ces films rapides et élégants qui arpentent la capitale via ses passages obligés. Les films hollywoodiens donnent une forme concrète à leur rêve parisien, ne serait-ce qu'en employant bon nombre d'acteurs et de techniciens français.

Après une certaine période de désintérêt durant les années 70, la ville revient en force comme espace du film policier, du film d'action, du film de complot, dans des gros budgets hollywoodiens souvent spectaculaires.

Mais ce Paris est double: il fige les clichés traditionnels en stéréotypes répétitifs, tout en changeant: il est plus inquiétant, plus mêlé, plus violent, tout en conservant cet inégalable pétillement qui fait son aura autour du monde.

L'exposition rassemble de nombreux extraits de films, photographies, maquettes de décors, costumes, scénarios, affiches... près de 400 documents, provenant d'archives françaises et américaines telles que la Cinémathèque française, la Bibliothèque des Oscars (Margareth Herrick Library), Warner archive et de collectionneurs privés.

Vous découvrirez aussi des dessins, des décors d'Un Américain à Paris de Vincente Minelli, de Moulin Rouge de John Huston, de Minuit à Paris de Woody Allen... Des robes dessinnées par Hubert de Givenchy pour Audrey Hepburn, les statues monumentales créées par le décorateur Dante Ferreti pour Hugo Cabret de Martin Scorsese.

Une vingtaine d'écrans permettront de découvrir près de 70 extraits de films, des premiers films d'Edison à ceux de Woody Allen, ainsi que des reportages sur les tournages de Drôle de Frimousse de Stanley Donen, L'Etau d'Alfred Hitchcock, etc.

Un écran monumental de 20 mètres de long, proposant un montage mêlant extraits de films, photographies et affiches, résumera un siècle de correspondance ininterrompue entre Hollywood et Paris.

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0