Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 10 au 16 février 2012

Affiche-petite.jpg

EDITO

50 ans de Rencontrecinématographique, 50 ans de croyance dans le cinéma comme outil de lien social, de citoyenneté, de développement de l'individu, bref d'interrogation sur le monde, sur l'être humain, sur soi-même. Les véritables créateurs, dans quelque domaine que ce soit, instillent le doute sur les certitudes du présent. Doute qui sape nos idées toutes faites, nous interroge, nous aide à nous construire, à nous rendre meilleurs.

Les femmes, les hommes qui se sont succédé à l'organisation de cette rencontre ont su maintenir cette constante humaniste, tout en s'adaptant aux humeurs du moment. Qu'ils soient remerciés, pour la construction d'un socle sur lequel cette aventure cinématographique se poursuit, se perpétue avec les mêmes convictions, les mêmes enthousiasmes, portés par un total bénévolat.

Le cinéma iranien est dans l'actualité par les actes intolérables des autorités: arrestations, mises en résidence surveillée, emprisonnements, interdictions professionnelles se multiplient: la raison, des délits d'opinion, des procès d'intention plus que le contenu des films car les réalisateurs ont une culture du jeu avec la censure, de celle du Shah à celle d'aujourd'hui. Imprégnés du raffinement et de la subtilité de la culture perse, ils utilisent la mise en abyme, la métaphore, l'allégorie, la métonymie... avec élégance et sans lourdeur, pour décrire la société iranienne, son corset moral et religieux, et cette aspiration infrangible à la liberté. Les invités: Mamad Haghighat (réalisateur, historien), Nader T. Homayoun (réalisateur), Nahal Tajadod (écrivaine), Bamchade Pourvali (enseignant spécialiste du cinéma iranien contemporain), accompagneront notre regard sur ce pays, cette cinématographie.

Pierre Carles a brocardé de l'intérieur les pratiques de la télévision puis révélé la collusion entre journalistes et puissants et dénoncé les relations de domination dans le monde du travail. Agitateur ? Provocateur ? Il offre un matériau à la réflexion de tout citoyen/spectateur. Il aurait pu faire carrière à la télévision à condition de passer sous ses fourches caudines. Il a su conserver sa liberté et nous offre, dans une petite économie, des oeuvres authentiques où l'humour, même à son encontre, soutient et élargit son discours vers une réflexion existentielle.

Laurent Roth, acteur, scénariste, réalisateur traitera de la fiction et du réel au cinéma bien sûr, lors d'une conférence. Ses documentaires et de nombreux films iraniens soulèvent directement cette question. Plus largement toute représentation du réel est concernée. Rien n'est totalement vrai, rien n'est totalement faux et ce réel si difficile à approcher, le cinéma nous aide à le percevoir dans sa complexité, caché derrière les limites de notre existence.

Quatre belles oeuvres à découvrir avec l'ACID. Quatre pépites, qui sans l'action accompagnatrice de cette association resteraient enfouies. La visibilité donnée aux films soutenus accentue les chances de leur trouver un distributeur et donc d'en élargir leur public, tout en nourrissant, le plus souvent avec bonheur, la diversité de la proposition cinématographique.

La dynamique de la région Languedoc Roussillon sera illustrée en proposant des courts métrages accompagnés par Xavier Julliot directeur de La Fabrique production. En complément, Annie Gonzalez (C-P Productions) et Karim Ghiyati (Languedoc Roussillon Cinéma) présenteront la production indépendante telle qu'elle existe dans sa liberté, ses contraintes.

Certains actrices, acteurs, quel que soit le personnage qu'ils jouent, ont constamment une expression d'eux-mêmes qui transparaît dans leur interprétation. Quand ils sont talentueux et avec un bon metteur en scène, ils fédèrent les publics plus ou moins cinéphiles autour d'un film et deviennent des stars. La sélection porte sur quelques uns de leurs longs métrages et en contrepoint souligne et rend hommage à d'autres comédiens moins cunnus mais tout aussi talentueux. Ainsi cette section s'ouvrira avec Le Bal des Actrices, on aurait pu dire des vedettes, de Maïwenn et se terminera avec Le Bal d'Ettore Scola et les remarquables comédiens du feu théâtre du Campagnol.

Ainsi sera rendu un hommage aux acteurs peu connus du grand public et cependant remarquables. Les films iraniens, ceux parrainés par l'ACID en regorgent, à vous de les apprécier.

La Fédération des ciné-clubs de la Méditerranée, organisatrice de cette Rencontre, souhaite à travers elle, rendre hommage à tous les véritables ciné-clubs qui l'année durant aux quatre coins de la France accompagnent les films. Rendre hommage comment ? En programmant des oeuvres de qualité, en les éclairant par les témoignages de réalisateurs, acteurs, écrivains, animateurs de ciné-clubs. En allant au-devant de nouveaux publics qui pour diverses raisons ne fréquentent pas les salles obscures et ce par des partenariats avec des institutions, des associations. Enfin, en considérant le cinéma comme un outil de compréhension du monde qui nourrit le vivre ensemble.

 

PROGRAMMATION

 

- Cinéma iranien

La cinématographie iranienne en 26 films, 2 conférences et une rencontre littéraire.

 

- L'univers Pierre Carles

Pierre Carles a su conserver sa liberté et offre, dans une petite économie, des oeuvres authentiques où l'humour, même à son encontre, soutient et élargit son discours vers une réflexion existentielle. De Pas vu pas pris à Fin de concession, sept films de Pierre Carles seront présentés en sa présence. L'univers Pierre Carles c'est égalemnt C-P Productions qui propose Squat, La ville est à nous de Christophe Coello, en sa présence et un échange: "Le documentaire au cinéma comme écriture du réel" entre Annie Gonzalez et Karim Ghiyati.

 

- Fiction du réel

En présence de Laurent Roth, critique, scénariste, acteur, réalisateur: une vie de cinéma entre fiction et documentaire, passion du réel et amour de la fable. Une conférence sur la représentation du réel. Deux longs-métrages qu'il a signés comme scénariste: Ceux d'en face de Jean-Daniel Pollet, Fragments sur la grâce de Vincent Dieutre. Et ses fantaisies documentaires, aux limites de l'enquête psychiatrique: Les yeux brûlés, J'ai quitté l'Aquitaine, et Arc, Arceaux, Arcades, son dernier film dont il présentera en avant-première la maquette.

 

- L'ACID présente

Quatre belles oeuvres à découvrir avec les cinéastes indépendants de l'ACID dont Donoma en présence de l'actrice Emilia Derou-Bernal et Rue des cités accompagné par ses réalisateurs. Quatre pépites, qui sans l'action accompagnatrice de cette association resteraient enfouies.

 

- Regards sur La Fabrique

Une rétrospective consacrée à la société de production La Fabrique, installée depuis plus de 30 ans dans le Gard. Cinq courts-métrages tournés entre 1978 et 2011, cinq films aux sujets et aux techniques d'animation différents (une séance qui sera suivi d'une discussion sur les différentes techniques d'animation) puis le dernier film du fondateur de La Fabrique: Le Tableau de Jean-François Laguionie.

 

- Séance des courts

 

- En haut de l'affiche

9 films en hommage aux actrices et acteurs: du Bal des actrices de Maïwenn au Bal d'Ettore Scola; des stars qui déjà fédèrent les publics aux actrices, acteurs moins connus mais tout aussi talentueux.

 

- Temps forts / Evènements

 

 

 

Tag(s) : #Festivals

Partager cet article

Repost 0