Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 29 janvier au 2 février 2014 - Le Public Systeme, 40 rue Anatole France, 92300 Levallois

49415-1388677225-Gerardmer2014_640.jpg

HOMMAGE A KIM JEE-WOON

HOM_Photo-KIM-Jee-woon-2-A-mettre-en-PLEINE-page-de-hommage.jpg"Je ne sais pas s'il y a d'autres réalisateurs que moi à avoir essayé autant de genres différents au cours de leur carrière. Mais je dirais, en ce qui me concerne, que je suis à une étape où je recherche ce que je fais de mieux pour savoir ce qui me plaît et ce qui m'excite vraiment. Je dirais que c'est un petit peu comme les gens qui voyagent: il y a certaines personnes qui préfèrent retourner aux endroits où elles vont tout le temps, tous les ans, pour se sentir à l'aise, alors que d'autres partent vraiment vers l'inconnu, pour découvrir ce qu'ils peuvent trouver dans certains pays. Moi, je fais partie de ces gens-là, qui aiment l'inconnu et qui veulent découvrir de nouvelles choses. Ainsi, je suis en train de chercher quel sera le bonheur ultime, le genre de film qui m'apportera le plus de satidfaction et de bonheur. [...] En fait, dans les conventions des films de genre, je dirais qu'il y a deux sortes de conventions. Il y en a qui se répètent tout le temps, qui commencent à être un peu ennuyeuses, qui ennuient le spectateur parce qu'à force de répétition, on s'en lasse et on en a marre. Alors qu'il y a une deuxième sorte de conventions qui en fait nous satidfait toujours, qui nous procure toujours autant de plaisir, même après des années et des milliers de films plus tard, on continue à aimer ce genre de conventions. C'est par exemple, dans le western, le sable dans le vent, la caméra qui montre deux jambes écartées d'un cow-boy prêt à dégainer, les gens qui marchent très lentement, une porte qui grince, un face-à-face... Il s'agit de codes typiques du western, mais en même temps qui sont toujours excitants et toujours aussi drôle à voir, qui procurent toujours - en tout cas pour moi - autant de satisfaction après des années de visionnage de westerns. Je pense en tout cas - en tant que réalisateur de films de genre - qu'il est très important de faire la différence entre ces deux types de codes. [...] A un moment, un créateur qui arrête de créer ou qui n'arrive pas à avoir des idées, ça signifie son arrêt de mort. Je me pose donc souvent des questions, me demandant où est-ce que je vais et comment je travaille. Personne ne peut me le dire autour de moi, et il faut donc que ce soit une autoréflexion, il faut vraiment que ce soit moi qui m'ausculte minutieusement. Mais je pense que je suis assez objectif, donc j'ai un regard qui est quand même assez froid envers moi-même. Mais il est vrai que c'est une peur qui existe et je me pose souvent la question, pour essayer de rester assez créatif et de suivre ma voie."

(Cinemasie.com, novembre 2008)

 

"Le story-board est pour moi une base, comme une autoroute sur laquelle on va circuler. Mais l'essentiel se passe sur le tournage. Je suis très sensible à ce que peuvent raconter des éléments du décor, des costumes. ça peut paraître ridicule mais c'est comme s'ils me parlaient.

[...] Pour moi les genres sont liés à différentes peur. Le film d'horreur est sur la peur en tant que telle. La science fiction parle de la peur du futur. Le polar traite de la peur de notre côté sombre. Le mélo parle de la peur suscitée par la perte de l'amour. Peut-être ferai-je un mélo prochainement ? Ou un film de science-fiction parlant de la peur des catastrophes naturelles ? Changer de genre, c'est aussi une façon d'échapper au film précédent."

(Film de Culte, 2011)

 

BIOGRAPHIE DE KIM JEE-WOON

Né à Séoul (Corée du Sud) en 1964, Kim Jee-Woon est d'abord attiré par le théâtre. Il intègre en 1983 le Seoul Institute of the Arts pour y étudier l'art dramatique, puis il s'investit dans la mise en scène de plusieurs pièces - dont Hot Sea et Movie Movie - dans lesquelles il tient également un rôle. Il s'essaie ensuite à l'écriture et remporte un concours grâce à son scénario intitulé Wonderful Seasons.

Suite à l'obtention d'un prix du magazine de cinéma coréen Ciné 21 pour son scénario The Quiet Family, il se lance en 1998 dans la réalisation de ce premier long métrage dans lequel la comédie se marie subtilement au drame et à l'horreur. Le film est suivi deux ans plus tard par une autre comédie, Foul King, puis par l'un des segments de Trois Histoires de l'au-delà, triptyque d'épouvante où apparaissent fantômes et revenants. Son film suivant, Deux Soeurs, tourné en 2003, s'inscrit dans le même registre, celui du nouveau cinéma fantastique asiatique, et obtient le Grand Prix du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer 2004. Puis le cinéaste tourne A Bittersweet Life, un polar sombre et ultraviolent, présenté Hors Compétition au Festival de Cannes 2005. Ces trois films rencontrent un succès considérable au box-office sud-coréen, avec respectivement 2 millions d'entrées pour le premier, 3.5 millions et 1.3 millions pour les suivants.

En 2008, avec Le Bon, la Brute et le Cinglé présenté au Festival de Cannes, le réalisateur tente une incursion dans le western - genre occidental par excellence - et n'hésite pas à y insuffler une certaine dose d'humour tout en le transposant dans les paysages majestueux de Mandchourie. Le film est à nouveau un énorme succès en Corée du Sud avec plus de 7 millions de spectateurs.

Pour chacune de ses réalisations - dont il signe également les scénarios -, Kim Jee-Woon surprend en parvenant à constamment échapper aux codes du genre pour créer et imposer son style qui lui est propre, obtenant ainsi la reconnaissance et l'adhésion de la critique comme du grand public.

Le réalisateur coréen n'a alors pas fini de tester les différents genres puisque J'ai rencontré le Diable lui permet en 2010 de renouer avec le film noir en racontant la traque et le duel à mort entre un serial killer et le policier dont il a assassiné la femme. Ce film remporte le Prix du Public et le Prix de la Critique au Festival de Gérardmer 2011.

Enfin, en 2013, c'est cette fois-ci aux Etats-Unis que Kim Jee-Woon recrute Arnold Schwarzenegger pour un Dernier Rempart maîtrisé et divertissant. Tout récemment Kim Jee-Woon déclare avoir un nouveau projet américain: celui d'adapter au cinéma la bande dessinée Coward d'Ed Brubaker, premier tome de la série Criminal, publié en France sous le titre Lâche.

 

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

1998 : The Quiet Family

2000 : The Foul King

2002 : Trois Histoires de l'au-delà

2003 : Deux soeurs

2005 : A Bittersweet Life

2008 : Le bon, la brute et le cinglé

2009 : Present

2010 : J'ai rencontré le diable

2012 : Doomsday book

2013 : Le Dernier rempart

 

LES PROJECTIONS

"9 m²" de Sandy Seneschal

"Ablations" d'Arnold de Parscau

"Across the river" de Lorenzo Bianchini

"All cheerleaders die" de Lucky McKee

"Almost human" de Joe Begos

"Big ass spider" de Mike Mendez

"Bounty killer" de Henry Saine

"Coherence" de James Ward Byrkit

"Dark touch" de Marina de Van

"Deux soeurs" de Kim Jee-woon

"Discopathe" de Renaud Gauthier

"Doomstay book" de Kim Jee-woon

"Entity" d'Andrew Desmond

"Eve" d'Eric Gandois

"Halley" de Sebastian Hofmann

"Jack et la mécanique du coeur" de Mathias Malzieu & Stéphane Berla

"J'ai rencontré le diable" de Kim Jee-woon

"Kiss of the damned" de Xan Cassavetes

"L'étrange couleur des larmes de ton corps" de Hélène Cattet & Bruno Forzani

"Le bon, la brute et le cinglé" de Kim Jee-woon

"L'autre monde" de Richard Stanley

"L'emprise du mal" de Miguel Angel Toledo

"Métal hurlant chronicles" de Guillaume Lubrano

"Mindscape" de Jorge Dorado

"Miss zombie" de Sabu

"On/off" de Thierry Lorenzi

"Patrick" de Mark Hartley

"Peine de mort" de Julien de Volte

"Rigor mortis" de Juno Mark

"Runaway" de Romain Chauliac, Ludovic Fregé, Yoann Gouraud & Quentin Medda

"Sharknado" d'Anthony C. Ferrante

"Silence" de Pierre-Gil Lecouvey

"Sonno profondo" de Luciano Onetti

"Static" de Todd Levin

"Super 8 madness" de Fabrice Blin

"Tales from the dark 1" de Simon Yam

"Tales from the dark 2" de Gordon Chan

"The bababook" de Jennifer Kent

"The last days on Mars" de Ruairi Robinson

"The machine" de Caradog W. James

"The sacrament" de Ti West

"The station" de Marvin Kren

"The voice thief" de Adan Jodorowsky

"Tombville" de Nikolas List

"V/H/S 2" de Simon Barrett

"We are what we are" de Jim Mickle

 

JURYS

Jan KOUNEN (Réalisateur & scénariste) - Président Jury Long Métrage

Tania RAYMONDE (Comédienne) - Jury Long Métrage

Béatrice DALLE (Comédienne) - Jury Long Métrage

Alexandre BUSTILLO & et Julien MAURY (Réalisateurs & scénaristes) - Présidents Jury Court Métrage

Roxane MESQUIDA (Comédienne) - Jury Long Métrage

Xavier LAURENT (Comédien) - Jury Court Métrage

Juan SOLANAS (Réalisateur, producteur & scénariste) - Jury Long Métrage

Lizzie BROCHERE (Comédienne) - Jury Court Métrage

Alexandre COURTES (Réalisateur) - Jury Court Métrage

Alain DAMASIO (Ecrivain) - Jury Long Métrage

Vahina GIOCANTE (Comédienne) - Jury Long Métrage

Félix MOATI (Comédien) - Jury Court Métrage

Kim CHAPIRON (Réalisateur & scénariste) - Jury Long Métrage

Tag(s) : #Festivals

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :