Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 9 mai au 5 juin 2013 - Cinématèque Royale de Belgique

michael-haneke.jpg

Tout juste auréolé d'une Palme d'or au dernier festival de Cannes pour son film Amour, Michael Haneke gratifie les mélomanes bruxellois d'une mise en scène de Cosi Fan Tutte au théâtre royal de la Monnaie. L'occasion pour CINEMATEK de rendre hommage au cinéaste autrichien qui nous fera l'honneur de sa présence le 9 mai à Bozar pour présenter Caché.

Après des études de psychologie à Vienne - durant lesquelles il s'essaye aussi à la critique de film et à la mise en scènes pour le théâtre - Michael Haneke fait ses débuts à la télévision, et se lance dans la réalisation d'une série de téléfilms, occupation qu'il n'abandonnera qu'au début des années 90 pour se consacrer exclusivement au cinéma. Son premier film - Le Septième continent - est d'ailleurs né d'un refus de la télévision de produire le projet. Haneke propose alors le scénario à des producteurs de cinéma, et le film voit le jour en 1989, inaugurant la fameuse trilogie de "la glaciation émotionnelle", complétée par Benny's Video en 1992 et 71 fragments d'une chronique du hasard en 1994. Bâtis autour de faits divers, ces trois films étudient, sous l'angle de l'austérité, les pouvoirs malsains des médias, la désintégration de la cellule familiale et la violence sourde de nos sociétés modernes. Les films sont secs, éprouvants et sans concession. Son film suivant, Funny games, plus radical encore, crée une véritable onde de choc auprès du public. Le traitement froid et dépouillé de ce fait divers effroyable - une famille séquestrée et torturée par deux ados sadiques - va littéralement diviser le public: Haneke, on aime ou on déteste. Pourtant, à l'inverse de la majorité des films produits dans les années 90, la violence chez Haneke n'a rien d'une partie de plaisir. Ses films, parfois à la limite du soutenable, proposent au spectateur d'éprouver une étude minutieuse des différentes formes de cristallisation de la violence à partir d'un dénominateur commun: l'aliénation.

En 2001, Haneke vient en France, réalise La pianiste et s'ouvre à un public plus large. Le film, plus édulcoré que ses précédents, aborde pourtant toujours les thèmes chers au cinéaste: l'aliénation sexuelle d'une professeur de piano autoritaire et frustrée prise entre un mère possessive et un jeune amant. Le film remporte le Grand Prix au festival de Cannes, et Haneke devient l'un des cinéastes européens les plus en vue. Toujours en France, Haneke tourne Caché, dans lequel un étrange inconnu menace l'intégrité d'un couple en leur faisant parvenir des cassettes vidéo sur lesquelles ont été enregistrés, à leur insu, des événements de leur vie itime. Son film suivant - Le ruban blanc - nous immerge, sur fond de Première Guerre, dans le contexte suffocant d'un petit village où d'étranges incidents prennent peu à peu les allures d'un rituel punitif envers les enfants, prolongeant ainsi un questionnement de longue date sur la violence et ses représentations.

Enfin, Amour, Palme d'or au dernier Festival de Cannes, vient compléter une filmographie atypique et dérangeante que CINEMATEK vous propose de (re)découvrir.

 

PROJECTIONS

"Le 7ème continent" de Michael Haneke, Autriche 1989

"Benny's video" de Michael Haneke, Autriche/Suisse 1992

"71 fragments d'une chronologie du hasard" de Michael Haneke, Autriche/Allemagne 1994

"Le Château" de Michael Haneke, Allemagne/Autriche 1997

"Funny Games" de Michael Haneke, Australie-Allemagne 1997

"Code inconnu" de Michael Haneke, France/Allemagne/Roumanie 2000

"La Pianiste" de Michael Haneke, France/Autriche 2001

"Le Temps du loup" de Michael Haneke, France-Autriche 2003

"Funny games U.S." de Michael Haneke, USA/France/Autriche 2007

"Le ruban blanc" de Michael Haneke, Autriche/France/Allemagne/Italie 2009

"Michael H. Profession: Director" de Yves Montmayeur, Autriche/France 2013

"Amour" de Michael Haneke, France/Allemagne/Autriche 2012

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0