Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 24 mars au 14 avril 2013 - Cinémathèque Royale de Bruxelles

Jim-Sheridan.jpg

Né en Irlande, Jim Sheridan est toujours resté fortement ancré dans l'histoire et les moeurs de son pays. CINEMATEK vous invite à revoir les jalons de cette filmographie atypique, de grande qualité, devenue de film en film l'un des plus importants témoignages des évènements historiques, politiques et sociaux qui ont secoué l'Irlande du XXè siècle.

Jim Sheridan fait ses débuts au théâtre, d'abord au sein de la petite troupe fondée par son père, puis, après ses études, comme directeur du Projects Art Centre de Dublin. Ce n'est qu'en 1989, à l'âge de 40 ans, qu'il s'essaye au cinéma et entame une filmographie qui va le mener jusqu'à Hollywood. Son premier film, My left foot, qui relate l'histoire du peintre paralytique Christy Brown, va tout de suite le révéler comme un cinéaste prometteur, et donner un sang neuf au cinéma irlandais. L'année suivante, avec The field, Sheridan met le doigt sur une problématique du droit irlandais: le droit de la terre. Le film relate le combat d'un fermier cherchant à préserver la terre cultivée par des générations d'ancêtres face à la convoitise de promoteurs immobiliers.
Daniel Day-Lewis, qui avait été révélé dans My left foot, retrouve Sheridan pour ses deux films suivants: Au nom du père et The Boxer. Deux films qui traitent, plus ou moins directement, du conflit irlandais, et qui imposent Sheridan comme l'un des cinéastes majeurs de sa génération. Comme bien d'autres avant lui, il ne résistera pas aux appels de plus en plus insistants d'Hollywood.

En 2002, il met en scène In America, à propos d'une famille irlandaise venue s'installer clandestinement en Amérique et faisant face aux déboires de la vie semi-clandestine. Puis, s'inspirant de l'autobiographie du rappeur 50 Cent, il réalise Réussir ou mourir: le parcours d'un jeune black dont le rêve est de devenir rappeur, voyant celui-ci s'effondrer le jour où sa mère est assassinnée, pour ensuite sombrer dans la criminalité de rue.

Producteur de presque tous ses films, Sheridan est également producteur des films des autres. Ainsi, les films d'Angelica Huston (Agnes Browne) et de Paul Greengrass (Sunday Bloody Sunday) n'auraient certainement pas vu le jour sans son apport. Si les films produits par Sheridan sont, eux aussi, profondément ancrés dans le terroir irlandais, c'est que le cinéaste-producteur ne connaît de plus grand amour que celui qu'il voue à la verte Erin.

 

PROJECTIONS

"Mobile Homes" de Pat O'Connor, Irlande 1979

"The field" de Jim Sheridan, Irlande-UK 1990

"Au nom du père" de Jim Sheridan, USA-Irlande 1993

"The Boxer" de Jim Sheridan, Irlande-USA 1997

"In America" de Jim Sheridan, Irlande-UK 2002

"Brothers" de Jim Sheridan, USA 2009

"Dream house" de Jim Sheridan, USA 2001

"Some mother's son" de Terry George, Irlande-USA 1996

"Réussir ou mourir" de Jim Sheridan, USA 2005

"Bloody Sunday" de Paul Greengrass, UK-Irlande 2002

"My left foot: The story of Christy Brown" de Jim Sheridan, UK-Irlande 1989

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0