Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 1er mars au 28 avril 2013 - Cinémathèque royale de Belgique

 small--1-.jpg

Il semblerai que la mort ne soit pas aussi définitive qu'on le pense. Une lame dans le coeur, l'épreuve des flammes ou une balle dans le dos n'ont pas suffit à éloigner Dracula, le monstre du Dr. Frankenstein ou encore l'Homme invisible des écrans. Le studio Universal excelle depuis près d'un siècle dans la production de films de genre toujours d'une qualité suffisante pour que le studio réitère régulièrement l'expérience.

Le succès des chefs d'oeuvres de l'expressionnisme allemand, Caligari en tête, donne l'idée à Laemmle de faire appel aux grands talents germaniques (Le chat et le canari de Paul Leni fut l'un des premiers), et ensuite, de produire lui-même, dans la lignée du Nosferatu de Murnau, une version sonore de Dracula avec Bela Lugosi dans le rôle du vampire. Suivront directement plusieurs grands classiques du film d'horreur, de Frankenstein à La momie. Mais la Universal n'en reste pas là. Le studio décide de ne plus puiser dans ses caisses pour importer les talents étrangers, et choisit de tirer profit des talents maison. Bela Lugosi et Boris Karloff reviennent régulièrement au premier plan, mais dans d'autres rôles que ceux qui ont fait leur gloire. Dans Le chat noir d'Edgar G. Ulmer, ils se retrouvent face à face avec, en apothéose de leur confrontation, une terrible partie d'échecs. Le studio revisite également les classiques du passé en faisant appel à la progéniture des monstres: Le fils de Dracula, La fille de Dracula, The invisible man's revenge. Les associations de genres et déclinaisons de toutes sortes sont également encouragées: Abbott and Costello meet Frankenstein est une comédie et Dans les griffes du vampire propulse un pistolero dans l'univers sacrilège des vampires. Dès les années '50 le space age connaît un véritable boom dans la littérature et le cinéma de science fiction, et la Universal produit quelques incontournables du genre: L'homme qui rétrécit, Silent running, The Andromeda Strain... la tradition du film fantastique n'a jamais quitté le studio. Les créatures prennent désormais d'autres formes (Les dents de la mer), parfois inattendues (Howard the Duck), et le Dracula des années '70 propose une approche stylistique différente de la version originale des années '30. A la Universal, on aborde invariablement tout le registre fantastique, de l'émotion magique d'E.T. au pure fun de Tremors.

 

PROGRAMME

"L'emprise des ténèbres" de Wes Craven, USA 1988

"The Frighteners" de Peter Jackson, USA 1996

"L'homme invisible" de James Whale, USA 1933

"Abbott and Costello meet Frankenstein" de Charles Barton, USA 1948

"La main de la momie" de Christy Cabanne, USA 1940

"Darkman" de Sam Raimi, USA 1990

"E.T. l'extra-terrestre" de Steven Spielberg, USA 1982

"Le chevalier du démon" d'Ernest R. Dickerson, USA 1994

"Les survivants de l'infini" de Joseph M. Newman, USA 1955

"Dans les griffes du vampire" d'Edward Dein, USA 1959

"Celui qui n'existait pas" de William Castle, USA 1964

"Howard the Duck" de William Huyck, USA 1986

"The boy who cried werewolf" de Nathan Juran, USA 1973

"Weird science" de John Hughes, USA 1985

"L'homme qui rétrécit" de Jack Arnold, USA 1957

"The andromeda strain" de Robert Wise, USA 1971

"Miracle sur la 8ème rue" de Matthew Robbins, USA 1987

"La fille de Dracula" de Lambert Hillyer, USA 1936

"Dracula" de John Badham, UK 1979

"The invisible man's revenge" de Beebe Ford, USA 1944

"Son of Dracula" de Robert Siodmak, USA 1943

"The monolith monsters" de John Sherwood, USA 1957

"The dark crystal" de Jim Henson & Frank Oz, USA-UK 1982

"Double assassinat dans la rue Morgue" de Robert Florey, USA 1932

"House of horrors" de Jean Yarbrough, USA 1946

"Frankenstein meets the wolf man" de Roy William Neill, USA 1943

"Les dents de la mer" de Steven Spielberg, USA 1975

"La reine des vampires" de Gilbert Adler, USA 1996

"Dracula" de Tod Browning, USA 1931

"Massacre dans le train fantôme" de Tobe Hooper, USA 1981

"La momie" de Karl Freund, USA 1932

"Le chat et le canari" de Paul Leni, USA 1927

"L'étrange créature du lac noir" de Jack Arnold & James C. Havens, USA 1954

"Le sous-sol de la peur" de Wes Craven, USA 1991

"Frankenstein" de James Whale, USA 1931

"Le fantôme de l'opéra" de Rupert Julian, USA 1925

"La fiancée de Frankenstein" de James Whale, USA 1935

"Notre-dame de Paris" de Wallace Worsley, USA 1923

"The sentinel" de Michael Winner, USA 1976

"Le chat noir" d'Edgar G. Ulmer, USA 1934

"L'homme qui rit" de Paul Leni, USA 1927

"SSSSSSSS" de Bernard L. Kowalski, USA 1973

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0