Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 1er septembre au 13 novembre 2014 - Cinémathèque Royale de Belgique

claudia-claudia-cardinale-27399942-640-785.jpg

Au milieu des années 1960, Claudia Cardinale n'a pas encore trente ans, mais elle est déjà plus populaire que son illustre compatriote Marcello Mastroianni. Rien de surprenant, puisqu'elle a déjà travaillé avec Mario Monicelli, Pietro Germi, Abel Gance, Luchino Visconti et Federico Fellini. La liste ne fera que devenir plus longue et plus impressionnante. Aperçu de ce parcours très personnel.

Claudia Cardinale déboule dans le monde du cinéma après avoir remporté un concours de Miss. En 1957, elle devient en effet "la plus belle Italienne de Tunisie". Le prix consiste en un séjour au festival de Venise et la jeune Claudia s'y fait d'emblée remarquer. Comment pourrait-il en être autrement ? Les beaux rôles ne se font pas attendre. Dès son deuxième film, Le Pigeon (1958) de Mario Monicelli, Claudia Cardinale jouit d'une attention internationale. On lui propose ensuite des rôles de premier plan dans des productions italiennes les plus déterminantes des années 1960: Rocco et ses frères, Le guépard et Huit et demi. Ses contributions à des films comme Les centurions ou Les professionnels ne réussiront cependant pas à lui assurer une véritable percée américaine. Mais cela ne l'affecte pas: aux productions hollywoodiennes glamour mais un peu insignifiantes, Claudia préfère les projets intéressants qu'on lui propose en Italie, en Espagne ou même au Brésil. "Si je dois renoncer à l'argent, j'y renonce. Je ne veux pas devenir un cliché", confie-t-elle en 1964 à Life Magazine. A son retour en Italie, Sergio Leone lui offre un rôle devenu iconique, celui de l'ex-prostituée Jill McBain dans Il était une fois dans l'Ouest. Dans les années 1970 et 1980, Claudia Cardinale évolue avec grâce vers les rôles de composition. En témoignent, parmis d'autres: Fitzcarraldo et Un homme amoureux. Et tandis que les life achievement awards s'accumulent dans le monde entier, elle poursuit sa carrière d'actrice dans de petites productions artistiques. Le 6 octobre, La Cardinale sera à BOZAR, pour présenter en personne la restauration numérique de Gattopardo, l'une de ses quatre collaborations avec Luchino Visconti à qui CINEMATEK consacre par ailleurs une rétrospective.

 

PROJECTIONS

"Le Pigeon" de Mario Monicelli, Italie, 1958

"Meurtre à l'italienne" de et avec Pierre Germi, Italie, 1959

"Le bel Antonio" de Mauro Bolognini, Italie-France, 1960

"Les dauphins" de Francesco Maselli, Italie, 1960

"La fille à la valise" de Valerio Zurlini, Italie-France, 1961

"Rocco et ses frères" de Luchino Visconti, Italie-France, 1960

"Le Guépard" de Luchino Visconti, Italie-France, 1962

"Les lions sont lâchés" de Henri Verneuil, France, 1961

"La ragazza" de Luigi Comencini, Italie-France, 1964

"Sandra" de Luchino Visconti, Italie-France, 1965

"Les professionnels" de Richard Brooks, USA, 1966

"Otto e mezzo" de Federici Fellini, Italie, 1963

"Il était une fois dans l'Ouest" de Sergio Leone, Italie-USA, 1968

"Violence et passion" de Luchino Visconti, Italie-France, 1975

"Les pétroleuses" de Christian-Jaque, France, 1971

"Fitzcarraldo" de Werner Herzog, RFA-Pérou, 1982

"Histoire d'aimer" de Marcello Fondato, Italie, 1975

"Le Guépard" version restaurée, de Luchino Visconti, Italie-France, 1962

"Un homme amoureux" de Diane Kurys, France-Italie, 1987

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0