Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 3 juillet au 31 aout 2013 - Cinémathèque Royale de Belgique

et_l_extra_terrestre_15b15d.jpg

Le cinéma américain des années 80 souffre d'une idée reçue: durant les mandats de Ronald Reagan, Hollywood est devenu, par l'entremise de managers et de comptables, une usine à films n'affichant plus d'intérêt que pour les blockbusters. Les films eux-mêmes reflètent un retour aux idéologies de droite, d'une pensée manichéenne et d'une politique entachée de Guerre froide.

Au cours des années 80, une attention démesurée des médias et un énorme succès public ont permis aux blockbusters de se détacher du lot. Les hits du box-office - de E.T. à L'arme fatale - ont généré des sommes astronomiques et battu tous les records d'audience. En même temps que les blockbusters, apparaissent les suites (franchise), de nombreux titres de films étant annotés d'un numéro: Rocky, Rambo, etc... Les films sont devenus des marchandises dont on peut exploiter la marque de fabrique. Autre tendance des années 80, le high concept, développé pour s'assurer, grâce à un énorme budget et une préparation hors normes, de produire un hit sur base d'une prémisse accrocheuse, d'une B.O. pop-rock et d'une esthétique de vidéo-clip. Mais chaque tendance s'accompagne d'un contre-courant, les blockbusters ne représentent finalement qu'une petite partie de ce que produit l'usine à rêves. La formule high concept n'est pas de circonstance pour des cinéastes comme Oliver Stone, Spike Lee, Woody Allen, Sidney Lumet et nombre d'autres réalisateurs de films plus nuancés, ironiques ou ambigus, et pas uniquement destinés au public adolescent. Wall Street, Do the right thing, Hannah et ses soeurs et Le prince de New York font partie des meilleurs films de leurs réalisateur respectif. Significative aussi l'émergence d'un grand nombre de cinéastes indépendants. En 1985, les grands studios produisent 134 films, contre 251 pour les prodcuteurs indépendants. L'industrie est en pleine décentralisation. Les grands studios érigent des compagnies chargées de distribuer des films alternatifs, ce dont ont pu profiter de nombreux cinéastes, dont Steven Soderbergh, Joel et Ethan Coen ou Jim Jarmusch. Les productions indépendantes ont également permis aux femmes cinéastes de s'exprimer: Susan Seidelman (Recherche Susan désespérément), Kathryn Bigelow (Aux frontières de l'aube). La cause principale de ces nombreux changements tient dans le glissement du cinéma des salles obscures vers les foyers, générant un marché lucratif autour de la cassette vidéo.

Aussi, les cinéastes prisés dans les années 70 n'ont pas rencontré le même succès lors de la décennie suivante. On voit par conséquent apparaître une nouvelle génération: Tim Burton (Beetlejuice), James Cameron (Terminator), Joe Dante (L'aventure intérieure), Jim Jarmusch (Stranger than paradise), Lawrence Kasdan (Les copains d'abord). Et si le style et le ton diffère sensiblement de ce qui avait été fait dans les années 70, les films s'avèrent tout aussi pertinents, originaux et maîtrisés. L'influence du reaganisme est perceptible dans les films d'action et d'aventure, où l'on diabolise encore volontiers le bloc soviétique. Mais souvent les relations Est-Ouest sont traitées avec beaucoup plus de nuance (Moscou à New York de Paul Mazurksy en est un exemple), Hollywood n'étant pas particulièrement favorable à un rapprochement avec Washington où siège alors un ex-acteur aux sympathies maccarthystes. Autre genre en plein essor: le film d'horreur et plus particulièrement les violents slashers. La plupart de ces films vont straight-to-video - expression utilisée dans le but de déprécier mais qui, milieu des années 80, désigne une économie bien réelle -, et ont eu vite fait d'enrichir le cinéma de nouvelles icônes, comme Freddy ou Jason. La plupart des réalisateurs font honneur à la mauvaise réputation du genre, mais certains, tels David Cronenberg (La Mouche) et Michael Wadleigh (Dieu ou diable ?), ont tenté d'en tirer un réel potentiel artistique. Le Hollywood des années 80 a connu des bouleversements en profondeur. On y a mis en place ce qu'on connaît aujourd'hui: assimilation des nouveaux médias, lent processus de disparition de la pellicule, budgets colossaux destinés aux blockbusters susceptibles à la fois d'intéresser un public adolescent et de faire des recettes sur plusieurs marchés de distribution... En parallèle, on laisse une place importante à une certaine variété stylistique et idéologique, mais aussi à de nouveaux talents, tels les premiers réalisateurs afro-américains, Spike Lee en tête, qui ont été soutenus et distribués par Hollywood.

Les films sélectionnés ne sont pas que produit dans les années 80, ils se déroulent aussi dans cette période aux Etats-Unis. Les eighties dans leurs propres paroles et par leurs propres yeux.

 

PROJECTIONS

"American gigolo" de Paul Schrader, USA 1980

"Wall Street" d'Oliver Stone, USA 1987

"Vendredi 13" de Sean S. Cunningham, USA 1980

"S.O.S. Fantômes" d'Ivan Reitman, USA 1984

"After hours" de Martin Scorsese, USA 1985

"Mask" de Peter Bogdanovich, USA 1985

"Rusty James" de Francis Ford Coppola, USA 1983

"Colors" de Dennis Hopper, USA 1988

"Tootsie" de Sydney Pollack, USA 1982

"L'ange de la vengeance" d'Abel Ferrara, USA 1980

"Retour vers le futur" de Robert Zemeckis, USA 1985

"Les sorcières d'Eastwick" de George Miller, USA 1987

"Le lendemain du crime" de Sidney Lumet, USA 1986

"Star 80" de Bob Fosse, USA 1983

"Invasion Los Angeles" de John Carpenter, USA 1988

"Le secret de mon succès" de Herbert Ross, USA 1987

"Terminator" de James Cameron, USA 1984

"St. Elmo's fire" de Joel Schumacher, USA 1985

"Le flic de mon coeur" de Jim McBride, USA 1986

"Poltergeist" de Tobe Hooper, USA 1982

"L'aventure intérieure" de Joe Dante, USA 1987

"Hannah et ses soeurs" de et avec Woody Allen, USA 1986

"Drugstore Cowboy" de Gus Van Sant, USA 1989

"Witness" de Peter Weir, USA 1985

"Nola Darling n'en fait qu'à sa tête" de et avec Spike Lee, USA 1986

"Lianna" de John Sayles, USA 1983

"Pleure pas t'es en direct" de James L. Brooks, USA 1987

"48 heures" de Walter Hill, USA 1982

"L'arme fatale" de Richard Donner, USA 1987

"Liaison fatale" d'Adrian Lyne, USA 1987

"Quand Harry rencontre Sally" de Rob Reiner, USA 1989

"Roger et moi" de et avec Michael Moore, USA 1989

"Moscou à New York" de Paul Mazursky, USA 1984

"Sens unique" de Roger Donaldson, USA 1987

"Aux frontières de l'aube" de Kathryn Bigelow, USA 1987

"E.T. L'extra-terrestre" de Steven Spielberg, USA 1982

"Les copains d'abord" de Lawrence Kasdan, USA 1983

"Beetlejuice" de Tim Burton, USA 1988

"Piège de cristal" de John McTiernan, USA 1988

"Rose bonbon" de Howard Deutch, USA 1986

"Gloria" de John Cassavetes, USA 1980

"Rambo" de Ted Kotcheff, USA 1982

"Les griffes de la nuit" de Wes Craven, USA 1984

"Top Gun" de Tony Scott, USA 1986

"Body double" de Brian De Palma, USA 1984

"Police fédérale Los Angeles" de William Friedkin, USA 1985

"Dangereuse sous tous rapports" de Jonathan Demme, USA 1986

"Recherche Susan désespérément" de Susan Seidelman, USA 1985

"Hitcher" de Robert Harmon, USA 1986

"Arizona junior" de Joel et Ethan Coen, USA 1987

"Sexe, mensonges et vidéo" de Steven Soderbergh, USA 1989

"Dieu ou diable ?" de Michael Wadleigh, USA 1981

"Un feuilleton pour deux" de John Landis, USA 1983

"La brûlure" de Mike Nichols, USA 1986

"Blue Velvet" de David Lynch, USA 1986

"Etroite surveillance" de John Badham, USA 1987

"L'aube rouge" de John Milius, USA 1984

"Evil Dead 2" de Sam Raimi, USA 1986

"Tron" de Steven Lisberger, USA 1982

"Stranger than paradise" de Jim Jarmusch, USA - Rfa 1984

"Rain man" de Barry Levinson, USA 1988

"The breakfast club" de John Hughes, USA 1985

"L'année du dragon" de Michael Cimino, USA 1985

"River's Edge" de Tim Hunter, USA 1986

"Un monde pour nous..." de Cameron Crowe, USA 1989

"Les accusés" de Jonathan Kaplan, USA 1988

"La Mouche" de David Cronenberg, USA 1986

"Y a-t-il un flic pou sauver la reine ?" de David Zucker, USA 1988

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :