Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 1er mars au 29 avril 2013 - Cinémathèque Royale de Belgique

emile_georges_de_meyst.jpg

Emile-Georges De Meyst fut, avec Gaston Schoukens l'un des réalisateurs les plus prolifiques du cinéma belge. L'un et l'autre signèrent leurs premières mises en scène en 1923 et leurs carrières artistiques respectives touchèrent à leur terme vers 1960. Autre point commun, l'un et l'autre firent les beaux jours de la comédie boulevardière aux saveurs "brusseleer". Mais les succès qui apportèrent à E. G. De Meyst un crédit lui permettant d'enchainer les projets par la suite, relèvent plutôt des films à la gloire de la résistance, dont le premier, Soldats sans uniformes fut tourné en partie sous l'occupation, sous le masque d'une fausse intrigue criminelle.

Après ses premiers essais tournés à compte d'auteur, le cinéaste va à bon école: il collabore avec Abel Gance, Marcel L'Herbier et Fritz Lang contribuant à la mise au point d'effets optiques pour certains de leurs films.

Ses films d'avant-guerre portent la marque d'un artisan, fier de sa patrie et tourné vers le "public du samedi soir".

Les succès obtenus après la seconde guerre mondiale, permettent au réalisateur d'accéder à des productions plus confortables.

De la comédie à l'opérette, du drame naturaliste tiré de la littérature aux intrigues sur l'occupation, du film en costumes au polar d'après Steeman, l'auteur ne s'est spécialisé dans aucun genre.

Ses comédiens sont souvent empruntés au théâtre populaire, (Herdé, Marcel Josz, Werner Degan, Marcel Roels...), mais De Mayst a également dirigé Jean-Louis Barrault dans Le cocu magnifique, Louis Salou dans Les atouts de Monsieur Wens, Ginette Leclerc, Pierre Larquay et Raymond Cordy dans Passeurs d'or, Albert Préjean dans Les anges sont parmi nous...

L'expérience en fit aussi un directeur artistique, un décorateur ou un conseiller technique... utiles à d'autres réalisateurs (Joris Diel, Roland Verhavert, Jef Bruyninckx...)

En regard des transformations de style du cinéma dans les années 60, les démarches de Schoukens ou De Meyst parurent soudain datées. Mais l'intense activité des cinéastes de leur trempe, témoigne d'une producteur nationale vivante qui rencontrait le plaisir du grand public belge des décennies précédentes.

 

PROJECTIONS

"Le Mort" de et avec Emile-Georges De Meyst, Belgique 1936

"Les gangsters de l'expo" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique 1937

"Soldats sans uniformes" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique 1944

"Baraque 1" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique 1945

"Le chemin de Buchenwald" d'Emile-Georges De Meyst & George Lust, Belgique 1945

"Le cocu magnifique" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique-France 1946

"Les atouts de Monsieur Wens" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique-France 1947

"Passeurs d'or" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique-France 1948

"Des amants sur l'herbe" de Norbert Benoît, Marcel L. Jauniaux & Emile-Georges De Meyst, Belgique 1948

"Ah! Qu'il fait bon chez nous" de Jacques Loar & Emile-Georges De Meyst, Belgique 1950

"La belote de Ture Bloemkuul" de Jean-Louis Colmant & Emile-Georges De Meyst, Belgique 1956

"La tricheuse" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique 1960

"Filles de fraudeurs" d'Emile-Georges De Meyst, Belgique 1961

Tag(s) : #Sorties Cinéma

Partager cet article

Repost 0