Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 28 mars au 1er avril 2012

19851378.jpg-r_628_x-f_jpg-q_x-20111118_113252.jpg

Voilà maintenant quatre ans que Beaune déroule le tapis rouge au Festival International du Film Policier de Beaune. Les trois premières éditions ont permis de découvrir des oeuvres qui, depuis, ont fait florès.

C'est le cas encore l'an dernier avec Bullhead du réalisateur belge MichaEl R. Roskam. Couronné à Beaune par le Prix du Jury et le Prix de la Critique, le film connaît depuis une carrière remarquable. Il a ainsi représenté la Belgique à l'Oscar du Meilleur Film en langue étrangère, lors de la 84e cérémonie des Oscars du 26 février dernier. Une cérémonie où a triomphé The Artist, dont l'interprète - Jean Dujardin - et le réalisateur - Michel Hazanavicius - sont passés par Beaune.

Nul doute que cette nouvelle édition saura vous réserver cette fois encore de belles découvertes et nous proposer des rencontres remarquables. Le "casting" que vous allez découvrir au fil de ces pages est somme toute la promesse d'un grand millésime.

 

FILMS - LA COMPETITION

- Citizen Gangster (Edwin Boyd) de Nathan Morlando (Canada)

- Colombus Circle de George Gallo (USA)

- Headhunters de Morten Tyldum (Norvège)

- Headshot de Pen-Ek Ratanaruang (Thaïlande)

- Kill List de Ben Wheatley (Royaume-Uni)

- Margin Call de J.C. Chandor (USA)

- Miss Bala de Gerardo Naranjo (Mexique)

- No Rest for the Wicked de Enrique Urbizu (Espagne)

- Shadow dancer de James Marsh (Grande-Bretagne)

 

FILMS - SANG NEUF

- ACAB: All Cops Are Bastards de Stefano Sollima (Italie)

- Aux yeux de tous (Paris under watch) de Cédric Jimenez (France)

- Behold the Lamb de John McIlduff (Royaume-Uni)

- Days of grace de Everardo Gout (Mexique)

- Hanaan de Ruslan Pak (Ouzbékistan)

- The Odds de Simon Davidson (Canada)

 

FILMS - HORS COMPETITION

- Contrebande (Contraband) de Baltasar Kormakur (Islande)

- Inside de Andrés Baiz (Colombie)

- Red State de Kévin Smith (USA)

- The Raid de Gareth Huw Evans (Pays de Galles)

 

HOMMAGE - Richard Donner (réalisateur & producteur américain)

Né en 1930 à New York, Richard Donner s'essaye au théâtre comme acteur avant de se tourner rapidement vers la réalisation en travaillant pour la télévision auprès de grands noms comme Sidney Lumet ou Arthur Penn.

Il s'installe à Los Angeles et réalise plusieurs épisodes de séries télévisées populaires, dont Au nom de la loi avec Steve McQueen, Les Rues de San Francisco avec Karl Malden et Michael Douglas, Les Mystères de l'Ouest, La Quatrième Dimension ou Des agents très spéciaux.

Il passe à la réalisation de longs métrages dès 1961 avec X-15, film de science-fiction avec Charles Bronson. Mais c'est avec un film fantastique qu'il connaît son premier grand succès en 1976, La Malédiction avec Gregory Peck. En 1978, il donne ses lettres de noblesse au film de super-héros en réalisant Superman, qui réunit un casting de rêve: Mario Puzo, scénariste du Parrain; Geoffrey Unsworth, chef opérateur de 2001, l'Odyssée de l'espace; John Williams, le compositeur de La Guerre des étoiles; ainsi que les comédiens Christopher Reeve, Gene Hackman et Marlon Brando. Jusqu'à aujourd'hui, Superman reste une référence dont l'influence continue de se faire sentir dans les films actuels de super-héros, de Batman à Spiderman.

En 1985, il réalise Les Goonies, qui devient très vite un film générationnel et qui marquera toute une même famille de réalisateurs d'aujourd'hui, à l'époque adolescents.

Mais il est aussi celui qui rendra populaire la figure du duo de "flics" en faisant du "buddy cop movie" un genre à part entière du cinéma américain, avec la tétralogie L'Arme fatale et son mélange d'humour et d'action qui rendent ses deux acteurs principaux, Mel Gibson et Danny Glover, immensément populaires.

Il retrouvera Mel Gibson en 1994 avec la comédie-western Maverick et, en 1997, avec le thriller Complots. En 2006, il dirige Bruce Willis dans 16 Blocs, salué par la critique et son dernier film à ce jour.

Réalisateur respecté, directeur d'acteurs reconnu, producteur prolifique, Richard Donner a su, tout au long de sa carrière, diversifier les styles et les genres qu'il abordait, du polar au fantastique, avec un succès populaire rarement démenti.

 

L'INVITE D'HONNEUR - Jean Reno (Comédien français)

Né en 1948 à Casablanca (Maroc), Jean Reno découvre à l'âge de 12 ans le théâtrre en montant la pièce de Molière L'Ecole des femmes avec ses camarades de classe. Il décide alors de devenir comédien!

Après son service militaire, il part s'installer à Paris où il va louer une chambre de bonne. Après un court moment passé au Cours Simon, il suit en 1975 l'atelier d'Andreas Voutsinas aux Bouffes du Nord. Il y fait la rencontre du comédien Didier Flamand avec lequel il va travailler par la suite dans la compagnie théâtrale itinérante "Le Retour de Gulliver". C'est le début d'une longue amitié et d'une collaboration artistique aujourd'hui toujours vivace. Au fil des nombreuses représentations, Jean Reno est remarqué par des directeurs de théâtre, des réalisateurs et des directeurs de casting qui vont lui ouvrir peu à peu les portes du cinéma.

Il continuera par la suite à faire du théâtre; il est ainsi sur les planches dans Terre étrangère d'Arthur Schnitzler mis en scène par Luc Bondy au Théâtre des Amandiers de Nanterre (1983) et du côté de Michel Piccoli, Andromaque de Racine mis en scène par Roger Planchon à Villeurbanne (1987) au côté de Richard Berry, Montserrat d'Emmanuel Robles mis en scène par Jean-François Prevand au TBB de Boulogne-Billancourt (1991), Les Grandes Occasions de Bernard Slade mis en scène par Bernard Murat au Théâtre Edouard VII à Paris (2006). En 2005, il met en scène acec Didier Flamand l'opéra de Puccini Manon Lescaut au Teatro Regio de Turin.

Au cinéma, on l'aperçoit en 1979 dans l'Hypothèse du tableau volé de Raoul Ruiz ou encore dans Clair de femme de Cost-Gravas où il donne la réplique à Romy Schneider et Yves Montand. C'est en 1981 sur le tournage des Bidasses aux grandes manoeuvres de Raphaël Delpard que Jean Reno va faire une rencontre déterminante pour la suite de sa carrière. Il fait la connaissance d'un certain Luc Besson, alors assistant du réalisateur. Le duo ne se quittera plus, l'un devenant l'acteur fétique de l'autre et vive versa: guerrier apocalyptique dans Le Dernier Combat (1983), batteur muet dans Subway (1985), plongeur émérite dans Le Grand Bleu (1988), liquidateur à l'acide dans Nikita et surtout tueur protecteur de Natalie Portman dans Léon (1994) qui deviendra un film culte et fera de Jean Reno une vedette internationale.

Il tourne aussi ailleurs et a une bonne intuition en signant pour un drôle de film initialement Les Explorateurs de Louis VI Le Gros, au côté de Christian Clavier: Les Visiteurs de Jean-Marie Poiré (1993), qui deviendra l'un des plus grands succès du cinéma français et donnera une suite et même une version américaine. Grâce à ses expériences auprès de Luc Besson, Jean Reno manie la langue de Shakespeare, ce qui lui ouvre les portes de l'étranger et notamment de Hollywood. Il tourne ainsi dans French Kiss de Lawrence Kasdan (1995), Mission impossible de Brian de Palma (1996) avec Emmanuelle Béart et Tom Cruise, Godzilla de Roland Emmerich (1998), Ronin de John Frankenheimer (1998) avec Robert de Niro ou encore Rollerball de John McTiernan (2002).

En 2000, il est à l'affiche du film Les Rivières Pourpres de Mathieu Kassovitz, adapté du best-seller de Jean-Christophe Grangé, dans lequel il interprète un ex-flic; il retrouvera cet auteur avec l'adaptation cinématographique de L'Empire des loups par Chris Nahon (2005). Les rôles de policiers semblent lui aller comme un gant; il incarne ainsi Bezu Fache dans Da Vinci Code de Ron Howard (2006), d'après le best-seller de Dan Brown, où il côtoie Tom Hanks et Audrey Tautou. Il partage ensuite la vedette avec de nombreux nouveaux venus: Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin et Alice Taglioni dans Cash d'Eric Besnard (2008), Gaspard Ulliel dans Le Premier Cercle de Laurent Tuel (2009), Kad Merad dans l'Immortel de Richard Berry (2010), Mélanie Laurent dans La Rafle de Rose Bosch (2010) ou récemment Michaël Youn dans Comme un chef de Daniel Cohen (2012).

Jean Reno est nommé deux fois aux César; la première fois en 1989 dans la catégorie du Meilleur Second Rôle masculin pour le rôle d'Enzo dans le film Le Grand Bleu de Luc Besson et la seconde fois en 1995 dans la catégorie du Meilleur Acteur pour le rôle de Léon dabs le film éponyme de Luc Besson. En 1999, Jean Reno est fait chevalier de la Légion d'honneur. Il est également le parrain de l'association caritative Enfance et Partage.

Tag(s) : #Festivals

Partager cet article

Repost 0